Infiltration rachidienne Infiltration Rachidienne

QU'EST-CE QU'UNE INFILTRATION RACHIDIENNE ?

Votre médecin vous a prescrit une infiltration rachidienne pour traiter une sciatique causée par un conflit au niveau de la colonne vertébrale ou pour des lombalgies. Elle peut se réaliser sous contrôle radiologique ou scanner.

Afin de définir la technique utilisée dans votre cas, un rendez-vous de consultation préalable vous sera donné. A l'issue de cette consultation la programmation de votre infiltration sera faite.

Ce geste d’infiltration est souvent efficace sur la douleur, toutefois, il comporte un certain nombre de complications dont vous devez être informé :

  • Complication hémorragique (hématome) ; aussi l’examen ne pourra être réalisé si vous prenez un traitement anticoagulant ou un traitement antiagrégant (ASPIRINE, PLAVIX). Ces traitements devront être interrompus APRES ACCORD DE VOTRE MEDECIN TRAITANT OU DE VOTRE CARDIOLOGUE (à l’exception des infiltrations articulaires postérieures et sacro-iliaques) plusieurs jours avant le geste avec un éventuel relais par des injections d’héparine de bas poids moléculaire en fonction des cas (à voir avec votre médecin traitant) ;
  • Complication infectieuse (abcès) ;
  • Accident allergique aux produits de contraste iodés car nous réalisons en règle générale une injection de produit de contraste avant l’infiltration pour ne pas injecter le produit corticoïde dans un vaisseau. Le plus souvent, il s’agit d’un simple urticaire, mais des accidents allergiques plus graves (asthme, œdème de Quincke, choc anaphylactique) ont été observés, heureusement de manière exceptionnelle. Veuillez donc nous signaler si vous avez des antécédents allergiques aux produits de contraste iodés ou des antécédents allergiques sévères à d’autres substances.
  • Complication liée à l’action métabolique des corticoïdes injectables, et en particulier déséquilibre d’un diabète.
  • Vous devez aussi être informé du risque exceptionnel d’accident neurologique après infiltration foraminale. Ces accidents sont néanmoins exceptionnels (quelques cas décrits dans la littérature, ils n’ont pas été observés avec le produit corticoïde que nous utilisons).

Il est conseillé de rester au repos pendant 24 h – 48 h.

Il est possible de ressentir une douleur inhabituelle dans le dos ou dans la jambe dans les jours qui suivent l'infiltration, cette douleur est à priori causée par le corticoïde injecté, dont la suspension contient des petits cristaux qui peuvent déclencher une crise inflammatoire. Dans ce cas, la douleur doit disparaître progressivement en quelques jours, elle sera contrôlée par une poche de glace et des antalgiques mineurs (PARACETAMOL).

En revanche, contacter le service de radiologue si cette douleur persiste plus d’une semaine sans diminuer, si elle augmente progressivement au-delà d’une semaine, ou si vous observez une fièvre : nous vous convoquerons pour rechercher une exceptionnelle infection liée à la ponction. Attention, ne confondez pas cette crise douloureuse inhabituelle causée par le corticoïde avec la douleur pour laquelle nous réalisons l’infiltration ! Celle-ci peut persister au-delà d’une semaine sans que cela soit anormal. Il faut parfois attendre 2 à 3 semaines avant d’observer une amélioration des douleurs après infiltration.

LE JOUR DE L'EXAMEN :

  • Vous munir des produits prescrits sur l’ordonnance que nous vous transmettons ou prescrit par votre médecin.
  • Vous munir de tous les documents concernant l’examen : clichés de radiographies, scanner, IRM …
  • Prévoir un accompagnant sachant conduire pour votre retour (douleurs possibles)
  • Si vous êtes enceinte ou pensez l’être, merci de prévenir le service de radiologie.
  • Si vous prenez actuellement comme traitement du :

TICLID, PLAVIX, KARDEGIC, SINTROM, PREVISCAN, COUDAMINE : l' arrêt du traitement une semaine avant l’examen sera nécessaire ; pour cela prenez contact avec VOTRE MEDECIN qui vous l'autorisera et vous proposera peut-être un traitement relais.

HEPARINE, CALCIPARINE, FRAXIPARINE : faire la dernière injection au moins 12 heures avant l’examen.